SAINTE BARBE
Elle serait née vers 235 en Asie Mineure. Très jeune, elle se tourna vers le Christianisme et refusa tout mariage. Pour la soustraire à la religion chrétienne, son père l'enferma dans une tour éclairée par deux fenêtres. Profitant de l'absence de ce dernier, elle fit percer une troisième fenêtre pour symboliser sa foi en la Sainte Trinité (D'où l'iconographie de Sainte Barbe représentée avec une tour). Son père furieux la fit à nouveau enfermer dans la tour et la traita en esclave. Il la présenta ensuite au tribunal du juge Marcien et demanda les châtiments que les Romains avaient appliqué contre les Chrétiens. Barbe subit une horrible flagellation. Jésus lui apparut au cours de la nuit et la guérit de toutes ses plaies. Le lendemain, le juge commanda au bourreau de lui déchirer les flancs avec des peignes de fer, de brûler les plaies avec des torches ardentes, puis de la frapper sur la tête à grands coups de marteau. Comme Barbe priait toujours, les yeux levés vers le Ciel, on lui mutila les seins. Puis Marcien ordonna de lui ôter ses vêtements et de la chasser, nue, à coups de fouet, dans les rues de la ville. La Sainte s'adressa à Dieu et un ange vint la couvrir d'un voile lumineux. Finalement, le juge la condamna à être décapitée. Son père, pour assouvir sa rage, demande à être l'exécuteur de la sentence. Le 4 décembre, il emmena sa fille au sommet d'une montagne et lui trancha la tête. Au retour, alors qu'il se rendait à la Cour, il fut frappé par la foudre qui mit son corps en cendres. La vie de sainte Barbe faisant appel à des sources légendaires, le prénom a disparu du calendrier depuis 1970 par décision de l'Eglise. Le 4 décembre est maintenant jour de Sainte Barbara.